Devenir professeur pour donner du sens à ma vie


CETTE HISTOIRE POURRAIT-ETRE LA VOTRE:

 

Après mon baccalauréat, je suis entré(e) à l'université et très vite je me suis aperçu(e) que la majorité des enseignements sont déconnectés du marché du travail avec des mémoires à réaliser dont la seule utilité est de me faire travailler des méthodes et de réfléchir. Les mémoires demandés par les universitaires viennent s'accumuler dans leurs armoires, certains s'en serviront pour écrire un de leurs prochains articles.

 

Passée la licence de n'importe quelle filière, commence à germer l'idée de me trouver un débouché. Et là, les concours de la Fonction Publique s'imposent dans 4 cas sur 5, et ceux de l'Education Nationale paraissent un peu plus glamour, du fait de la continuité du rythme étudiant avec une certaine flexibilité d'emploi du temps et de longues vacances.

 

Certes, je vais comparer les salaires en catégories A, B et C des fonctionnaires avant de me déterminer sur lequel choisir. Je découvre que les primes des agents de catégorie A, B et C de tous les ministères sont nettement supérieures aux primes des agents de catégorie A que sont les professeurs, et là, ça me fait tiquer, un peu... ce n'est pas en devenant professeur que je m'achèterais une voiture neuve ou que je pourrais loger dans un studio en plein Paris, sauf en co-location peut-être... mais les concours de professeurs me permettront d'enseigner une ou plusieurs disciplines 

 

Alors la motivation qu'il me reste pour exercer ce métier est toute autre: c'est ce que ceux qui ne l'exercent pas, ou plus, appellent "la vocation". Avoir envie, sentir en soi une motivation intrinsèque complètement désintéressée d'aller donner son temps à des enfants en quête de savoirs, dans un 21e siècle où leur smartphone leur donne accès à tous les savoirs.

 

Je dois trouver en moi la motivation, l'énergie, l'envie de m'engager dans ce métier. Si j'aime les jeunes, tant mieux, c'est ce qu'il faut: avoir envie de les intéresser, les captiver par la lecture pour les petits, ou leur proposer des jeux pédagogiques pour les collégiens, ou les entraîner au débat argumenté pour les lycéens, ou leur proposer des sujets de recherche dans le supérieur, aux étudiants dont je fais encore partie, pour peu de temps encore, car moi aussi, j'aimerais donner un sens à ma vie, trouver pourquoi je suis "fait", dans ce siècle consumériste où 85 milliardaires possèdent la moitié des richesses de la planète. Non, c'est promis, je n'en ferais pas partie, devenir riche ne m'intéresse pas. Je préfère m'enrichir de sourires, de rires, de regards multiples et variés, même si je sais que ce ne sera pas toujours facile.

 

Tous les professeurs qui ont réalisé une carrière complète le disent : "il faut a voir foi en son métier".

Devenir professeur, c'est:

- être créatif, énergique, dynamique, motivé

- ne jamais se décourager face aux obstacles multiples: élèves bavards et inattentifs, parents mécontents, hiérarchie infantilisante et autoritaire jamais satisfaite, difficultés à boucler ses fins de mois tellement les frais d'équipements viennent les premières années rogner le salaire (ordinateur, tablette, documentation, stylos...)

- être persévérant, et résilient

- aimer la jeunesse, vouloir lui transmettre des savoirs, des savoir-faire, des savoir-être

- être désintéressé. Aucune prime de fidélité, aucune prime de productivité, pas de stock-options, pas de variable en nature de type voyages ou spectacles. Juste la satisfaction espérée de  vos élèves et de leurs parents. Juste ça.

 

Alors pour donner du sens à votre vie, commencez par écouter ces pédagogues passionnés:

Danièle ADAD pour le 1er degré

François MULLER pour le 2nd degré